TOP
h

Il pleut des humains sur nos pavés

À nouveau, trois ans après La rue bleuepar cette création Il pleut des humains sur nos pavés, je vais dans ces territoires où l’homme est en guerre avec, sur et pour le territoire. Je fais exprès de répéter ce mot parce qu’il admet plusieurs dimensions et plusieurs domaines qui se chevauchent sans s’exclure. Les territoires géographiques font corps et route avec les territoires affectifs et le tout se mêlera toujours à l’humain sensible et rigide dans ses différentes vies.

Comment obtenir séparation quand on ne peut vraiment savoir qui possède qui ? Il me semble que la fougue que les hommes mettent à défendre le territoire prouve que la question dépasse parfois la seule propriété et touche plutôt l’idée de l’appartenance, voire la dépendance, le territoire comme une nécessité vitale. J’ai eu envie d’utiliser la force du verbe, la création sonore  pour dénicher les territoires affectifs enfouis derrières ces territoires géographiques.

La jeune Adé, 16 ans, muette, a disparu dans Katanga (ce sous-quartier entre la ville et l’océan). La police banalise l’information alors que le quartier est en pleine ébullition — armées de pierres et de foi, les Katangais résistent à la désagrégation du quartier par le gouvernement—. Deux policiers en représailles à la perte de l’un de leurs, commettent un crime. Ils assassinent Tam, jeune katangais, lui aussi muet, dont l’amour s’est révélé à Adé après un viol collec-tif. Tam est différent. Adé le sait, et maintenant qu’il a été brûlé vif, que Gobi promet inoculer la douleur aux assassins de son fils « jusqu’au dernier refuge de l’esprit » ; qu’Istanbul soulève Katanga comme les vagues de l’océan ; que Léila (photographe) recherche son propre visage dans les ruelles chaudes ; que Binéta et Hidi démolissent leur couple comme avec une grue, plusieurs chemins / vies se surprennent dans cette ville aux lampadaires obliques et ses turbulences vertigineuses.Il pleut des humains sur nos pavés explore l’écrasement de micro-territoires et la marginalisation de masses, ceci par le prisme de l’amour et de sa violence silencieuse ; la résistance des hommes et la résilience des lieux, la réminiscence. L’important sera que par l’amour, nos mémoires d’humains résistent, car c’est elles qui donnent un visage à la ville, pardon, la vie.

Palmarès

Liens presse

Programmation sur le Festival des Francophonies en Limousins 2021

Présentation à Ouagadougou – espace des Récréatrales (Mai 2021)

Représentation à l’Institut Français de Lomé (15 mai 2021)

Représentation à l’Institut Français de Cotonou (21 Mai 2021)

Représentation à l’Institut Français de Parakou (19 mai 2021)

Représentation à l’espace Fiohomè de Lomé (16 octobre 2020)

Représentation à l’Ecole Internationale de Théâtre du Bénin (18 octobre 2020)

Equipe artistique

Texte et mise en scène — Sèdjro Giovanni Houansou

Interprètes —Hanifatou S. Dobila, Akpé Carole Anne-Lise Lokossou, Bardol Migan, Kim Verschuren, Carlos Fancy Zinsou

Production Sudcréa

Texte écrit en résidence à La Fabrik des fictions Lomé et au CNES La Chartreuse de Villeneuve – Lez-Avignon

Avec le soutien financier du dispositif « Des mots à la scène » de l’Institut Français et l’accompagnement technique que Théâtre Ouvert et des Francophonies – Des écritures à la scène, Gangan Productions, la Commission Internationale de Théâtre Francophone, CITF

Accueil avec le soutien de l’Institut Français, de l’Office national de diffusion artistique (ONDA) , le Centre John Smith de Ouidah.

Accueil en partenariat avec le Conseil départemental de la Haute-Vienne / Espace Noria

Sèdjro Giovanni Houansou, auteur et metteur en scène

Né à Cotonou en 1987, Sèdjro Giovanni Houansou débute son parcours artistique à 16 ans en tant qu’acteur puis metteurs en scène au sein de l’Ensemble Artistique et Culturel des Étudiants de l’université d’Abomey-Calavi et le mène jusqu’à l’Ensemble Artistique national en 2014. Mais à partir de 2012 il fait le saut vers l’écriture avec son premier texte, Sept milliards de voisins, publié aux Éditions plurielles, aujourd’hui l’un des plus joués en Afrique de l’ouest. Les années suivantes, ses pièces Courses au Soleil (2015) et La rue Bleue (2016) sont remarquées dans la présélection du Prix RFI Théâtre. En 2016, lauréat de Textes en scènes, il est accueilli une première fois en résidence au CNES – La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon, puis bénéficie en 2018, du dispositif Visas pour la création de l’Institut Français, et son texte Les Inamovibles qui explore des zones moins visibles des migrations Sud-Nord est lauréat du Prix RFI 2018, et de la bourse de création ARTCENA, puis édité chez Théâtre Ouvert. Il participe à plusieurs labos de recherche et de création à Théâtre ouvert, au CDN de Rouen- Normandie, Univers des mots Conakry… et en 2019, il est sacré Grand Prix littéraire Théâtre du Bénin avec La rue bleue, puis Prix Bernard Marie KOLTES des lycéens pour Les inamovibles. Sèdjro Houansou est fasciné par les multiples facettes de la relation entre l’humain et le territoire, et se définit comme un auteur engagé à écrire l’Afrique sociopolitique et culturelle.Biographie complète

Akpé Carole Anne-Lise LOKOSSOU, comédienne

43 ans, Comédienne, danseuse et vocaliste Béninoise, voix chaude et gutturale, corps charismatique aux multiples expressions.
Ancienne pensionnaire de l’Ensemble Artistique et Culturel des Etudiants du Bénin et du centre arabo africain de recherches théâtrales en Tunisie. Elle s’est spécialisée au théâtre organique (jeu d’acteur et Mise en scène) sous la direction de Ezzedine Gannoun. Elle a beaucoup travaillé aux côtés de Ousmane Aledji, Hermas Gbaguidi, Camille Amouro, Dine Alougbine, Bruno Thircuir, Barbara Liebster, Pascal N’zonzi, Emmanuel Daumas, Phillipe Adrien, José Renault, Marielle Pinsard avec qui elle a fait le tour du monde.. Sa préférence va aux spectacles qui allient voix, corps et âme dans une symbiose bien recherchée

Fancy Carlos Zinsou, Comédien

Ancien sociétaire de l’EACE, et du théâtre National aujourd’hui Carlos Adékambi ZINSOU est comédien metteur en scène et conteur. En 2012 il offre au public d’Abomey Calavi, sous la supervision de Didier NASSEGANDE une adaptation du texte L’école des femmes de Molière. Il sera ensuite révélé sur les Embuscades de la scène 2014 avec le spectacle 7 milliards de voisins. Depuis, il trace sa route dans l’univers fantastique du rêve éveillé des éveilleurs de conscience objective avec à son actif la mise en scène des textes Crabe rouge du congolais Julien Mabiala Bissila, Le mariage coûte cher de nos jours, une adaptation de Trois prétendant un mari de Guillaume Oyono Mbia ; et Ces petites taches de vie de Serge Cadnel Dahoui, Conversations sur le rivage du monde de Michel Beretti etc. … Il ne cessera pas pour autant de goûter au plaisir du jeu scénique. A côté donc de sa carrière de metteur il continue à faire ses armes en tant que comédien au côté de metteur en scène béninois dont Didier Nassegande, Kokou Yèmadjè, patrice Toton, Giovanni Houansou, Nicolas De Dravo etc… directeur de la compagnie Théâtre au Compteur,

Kim VERSCHUREN, comédien

Comédienne, diplômée en 2017 du Conservatoire de Rouen, Kim créé la Compagnie Morituri te Salutant pour laquelle elle mettra en scène Carthage, encore de Jean-Luc Lagarce et Barbe-Bleue, espoir des Femmes de Dea Loher au Festival Les Effusions. Avec le CDN de Normandie-Rouen, elle jouera dans le Labo 5 “Autour de Corneille” dans une mise en scène de Philippe Chamaux ainsi que dans “Camp Sud” de Joël Amah Ajavon par Destin Destinée Mbikulu Mayemba au Festival des langues françaises. Depuis septembre 2019, Kim est apprentie à l’Ecole Supérieure de Comédiens par Alternance, promotion 2022.

Hanifatou S. DOBILA, actrice

Hanifatou S. DOBILA est Comédienne et conteuse. En 2008 elle découvre le théâtre et en tombe amoureuse. À partir de 2015 elle intègre la troupe théâtrale du club Unesco étudiant de l’université de Lomé où elle pratique le théâtre et s’exerce aussi au conte. Elle participe aussi à divers ateliers dont ceux dirigés par Justin Litaaba, Pierre Vincent. Elle entre la même année sà l’école Studio Théâtre Art de Lomé (STAL) et commence par côtoyer la scène professionnelle. À partir de 2018 son horizon s’ouvre sur la danse et depuis 2019, c’est au sein de la compagnie Wenyon qu’elle s’exerce en la matière pour enrichir sa pratique artistique. Parallèlement, elle prend part à plusieurs formations animées par Alassane Sidibé, Fabienne Vuilleumier, Ildevert Meda, Kikan Ayigah pour ne citer que ceux-là. Elle est distribuée dans les travaux de Joël Amah Ajavon, Alpha Ramses, Junior ESSEBA, Samuel Wilsi…

 

Bardol L. MIGAN, comédien

Comédien et metteur en scène Béninois, Bardol MIGAN est une fierté du monde artistique et plus précisément du domaine théâtral béninois. Comédien protéiforme et indépendant, il rencontre la scène très tôt et de l’amateur, ses formations lui ont permis de quitter le semi-professionnel au professionnel. Il a suivi jusqu’à ce jour, plus d’une quinzaine de Stages de formations allant du jeu d’acteur à la mise en scène.
Passant par le centre des Arts El Hamra à Tunis, le Labo Elan des Recreatrales au Burkina Faso, il s’inscrit aujourd’hui dans la liste des jeunes remarquables du secteur culturel de son pays.
Très dynamique, il a à son actif plusieurs représentations théâtrales nationales qu’internationales. Son parcours de comédien et d’assistant metteur en scène lui a permis de travailler avec plusieurs metteurs en scène du Bénin et d’ailleurs. il joint le théâtre à la promotion de l’humour à travers le festival d’humour NOUKIKO. Directeur de la compagnie BAOBAB THEATRE DU BENIN, Sa prestance et son talent lui ont permis d’être admis au Théâtre National du Bénin première et deuxième promotion.
Son objectif est de travailler toujours et toujours jusqu’à la perfection si elle existe. Selon lui, il faut rompre les barrières et aller au-delà pour apprendre et connaître mieux la vie. Donner et recevoir font de nous des êtres complets.